homme qui cuisine méditerranéen

Pourquoi le Régime Méditerranéen réduit l’impact environnemental de notre alimentation

8 minutes de lecture 11 vues

Le 28 novembre est la Journée de la Méditerranée ! Cette journée, promue par l'Union de la Méditerranée, est née pour célébrer la coopération, l'héritage commun et l'identité partagée entre les pays des deux rives de la mer Méditerranée.

Quelle meilleure façon d'honorer cette journée que de parler - encore une fois - du régime méditerranéen ? Cette fois, au lieu de me concentrer sur les effets positifs de ce mode d'alimentation sur notre cerveau, ou sur notre santé à long terme, j'aimerais me pencher plus en profondeur sur l'impact environnemental du régime méditerranéen.

Un mode d'alimentation reconnu par l'ONU

Le régime méditerranéen est considéré comme ayant l'un des impacts environnementaux les plus faibles, grâce à l'accent mis sur les aliments d'origine végétale, la consommation de produits locaux et la préférence pour les produits de saison. Autant de facteurs qui contribuent à la réduction de l'empreinte carbone globale du régime.

La valeur du régime méditerranéen en tant que modèle d'alimentation durable a également été confirmée à de multiples reprises par l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO). Cette institution spécialisée des Nations Unies a pour rôle de trouver des moyens de rendre le système agricole mondial plus productif et durable, et d'éliminer la faim, la malnutrition et l'insécurité alimentaire dans le monde.

agriculteur BIO en grèce
En Grèce, Nafplio Biofarms privilégie l'agriculture BIO et raisonnée. © Ithaque

Mais en quoi le fait de suivre un modèle alimentaire méditerranéen pourrait-il réduire l'impact environnemental de notre alimentation ? Et, peut-être le plus important, devons-nous manger des aliments méditerranéens spécifiques pour réduire l'empreinte carbone de notre alimentation ? Jetons un coup d'œil aux recherches actuelles sur le sujet.

Mais d'abord, voyons pourquoi ce que nous mangeons joue un rôle central dans la détermination de notre empreinte environnementale.

L'impact environnemental de notre alimentation

Commençons par dire que la production alimentaire est responsable d'1/4 des émissions de gaz à effet de serre dans le monde. En outre, le système alimentaire mondial est responsable de l'utilisation (et, le plus souvent, de la mauvaise utilisation) de quantités croissantes de ressources environnementales, principalement la terre, l'eau et les engrais.

En plus de cela, nous devons également prendre en compte l'émission de gaz à effet de serre causée par le transport des aliments et la perte effrayante de biodiversité causée par la quantité massive de pesticides et d'engrais artificiels utilisés dans l'agriculture industrielle.

C'est pourquoi, au milieu de la crise environnementale et climatique actuelle, nous ne pouvons plus négliger l'importance de suivre un régime alimentaire qui soit non seulement durable pour notre santé à long terme, mais aussi pour notre planète.

un troupeau de mouton et son berger en sardaigne
L'alimentation pastorale reste l'une des meilleures en Méditerranée. © Erix2005

Réduire son impact alimentaire induit une vie plus saine

Le plus intéressant, c'est que les modes d'alimentation qui privilégient les aliments végétaux sains et denses sur le plan nutritionnel (tels que les fruits, les légumes, les céréales complètes et les légumineuses), qui se sont avérés être les meilleurs lorsqu'il s'agit de promouvoir une vie plus heureuse et plus saine, sont généralement aussi ceux qui ont un impact plus faible sur l'environnement.

En effet, de multiples études ont montré que les aliments d'origine animale ont un impact sur l'environnement plus important que les aliments d'origine végétale, tant en ce qui concerne le nombre de ressources naturelles nécessaires à leur production (notamment la terre, l'eau et les engrais) que les émissions de gaz à effet de serre causées par la culture des aliments pour animaux et la distribution de ces produits.

Le poids environnemental de l'élevage et des aliments carnés

Pour avoir une meilleure idée de l'ampleur de ce problème, il suffit de penser au fait que pas moins de 57% de toutes les émissions liées à la production alimentaire proviennent de l'utilisation d'animaux pour l'alimentation (y compris la culture d'aliments pour animaux).

En ce qui concerne les aliments spécifiques, le bœuf et l'agneau provoquent environ 10 fois plus d'émissions par portion que le porc, la volaille et les produits laitiers, tandis que ces derniers génèrent environ 10 fois plus d'émissions que les aliments d'origine végétale, tels que les céréales et les grains, les fruits et légumes et les légumineuses.

En termes d'activités, la fabrication et la transformation des aliments pour animaux, ainsi que la fermentation entérique des ruminants (c'est-à-dire la partie du processus digestif dans laquelle les microbes du tube digestif décomposent et fermentent les aliments, produisant du méthane comme sous-produit), sont les deux principales sources d'émissions, représentant respectivement 45% et 39% des émissions totales. Le stockage et le traitement du fumier représentent 10% supplémentaires, tandis que le reste est imputable à la transformation et au transport des produits animaux.

élevage bovin dans un champ
L'élevage bovin présente un impact majeur sur l'environnement. © Tamara Lee Harding

Des données similaires sont enregistrées lorsque l'on considère la consommation d'eau des aliments d'origine animale par rapport aux aliments d'origine végétale : l'empreinte moyenne en eau douce par tonne des produits d'origine animale est supérieure à celle des produits d'origine végétale, à l'exception du lait, dont l'empreinte en eau est relativement faible.

Enfin, 77% des terres agricoles mondiales sont utilisées pour cultiver des plantes destinées à l'alimentation animale (principalement le soja et le maïs). Ce constat est particulièrement inquiétant si l'on considère que la consommation mondiale de viande est en hausse. En effet, plus de bétail signifie plus de cultures pour le nourrir. Cela se traduit par le défrichage d'écosystèmes naturels afin de trouver davantage de terres pour la production de cultures et, au final, par la perte d'une biodiversité essentielle.

Il n'est pas surprenant que l'agriculture soit considérée comme le principal danger pour 24 000 des 28 000 espèces figurant sur la liste rouge des espèces menacées de l'UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature).

En résumé, un régime respectueux de l'environnement est un régime basé sur la consommation d'aliments frais à base de plantes, qui limite la consommation de viande, de produits laitiers et d'autres aliments d'origine animale. Heureusement, ce sont les principes à la base de la pyramide alimentaire méditerranéenne.

Le régime méditerranéen comme mode d'alimentation durable

Basé sur des aliments frais et nutritifs, comme les fruits et légumes, les légumineuses, les céréales et, dans une moindre mesure, le poisson, le régime méditerranéen n'est pas seulement l'un des régimes alimentaires les plus sains qui soient. C'est aussi l'un des meilleurs cadeaux que nous puissions faire à notre planète.

pêcheurs siciliens à favignana
La consommation de poisson doit rester faible, et si possible raisonnée. © Małgorzata Paulina Pakuła

Moins de CO², et une empreinte hydrique plus faible

En effet, le régime méditerranéen favorise la consommation d'aliments d'origine végétale qui, comme nous l'avons déjà dit, ont une empreinte hydrique plus faible et provoquent moins d'émissions de gaz à effet de serre que les produits d'origine animale.

En particulier, une étude publiée dans le Journal of Environmental Health a montré qu'une plus grande adhésion à un modèle alimentaire méditerranéen pourrait réduire les émissions de gaz à effet de serre de 72%, l'utilisation des terres de 58%, la consommation d'énergie de 52% et, enfin, la consommation d'eau de 33 %.

En revanche, l'adhésion à un modèle alimentaire occidental (le régime dit américain, riche en aliments transformés et riches en sucre, en viande rouge et en autres produits animaux tels que les produits laitiers et les œufs) pourrait entraîner une augmentation de tous ces indicateurs comprise entre 12% et 72%.

De plus, un régime méditerranéen est traditionnellement basé sur des produits de saison, biologiques et locaux. Centrer notre alimentation sur ces aliments présente non seulement l'avantage de réduire les émissions de CO² liées au transport des aliments mais aussi de diminuer le nombre de pesticides et d'engrais artificiels nécessaires à leur culture.

recette de salade de pois chiches grecque
Les saveurs grecques de cette salade de pois chiches rafraîchiront votre repas. © Photomailbox

Consommer local et de saison

Respecter la saisonnalité des fruits et légumes et opter pour des cultures locales est le meilleur moyen d'éviter d'utiliser ces produits chimiques qui sont au contraire indispensables à l'agriculture industrielle.

Choisir des produits locaux, c'est aussi soutenir les petits producteurs alimentaires locaux. C'est le meilleur moyen d'éloigner la demande des grandes sociétés agricoles - qui contrôlent les pratiques agricoles intensives - pour la diriger vers les petits agriculteurs qui pratiquent l'agriculture biologique et biodynamique. En retour, cela se traduit par une gestion plus efficace des terres, moins de gaspillage alimentaire et moins de pollution de l'eau et de l'air.

Moins d'aliments transformés, moins d'emballages

Enfin et surtout, suivre un régime méditerranéen signifie préférer les céréales complètes et les aliments peu transformés aux aliments hautement transformés et emballés. Le nombre réduit d'étapes de transformation, combiné à l'absence d'emballage (ou à un emballage minimal), contribue à réduire davantage l'impact environnemental des aliments méditerranéens.

Comment suivre un régime méditerranéen à faible impact ?

Pour conclure, revenons à notre question initiale : manger méditerranéen réduirait l'impact environnemental de notre alimentation : vrai ou faux ? Vous avez la réponse. Avec les régimes végétalien et DASH (tous deux centrés sur la consommation de produits d'origine végétale), le régime méditerranéen est l'un des modes d'alimentation les plus écologiques que nous puissions adopter.

Mais ce n'est pas tout. En effet, nous pouvons réduire davantage l'impact environnemental de notre régime méditerranéen en suivant quelques conseils et directives simples. Voici comment.

Choisissez des fruits, des légumes et des céréales biologiques

Les aliments biologiques sont cultivés sans l'utilisation de produits chimiques synthétiques, tels que les pesticides et les engrais d'origine humaine, et ne contiennent pas d'organismes génétiquement modifiés (OGM). C'est meilleur non seulement pour notre santé mais aussi pour l'environnement. En effet, les engrais chimiques sont parmi les principaux responsables de la perte de biodiversité, de la pollution de l'eau et de la dégradation des sols.

Optez pour des produits de saison

Choisir des produits de saison signifie suivre les rythmes de la nature et opter pour des fruits et légumes cultivés localement. Ceux-ci sont non seulement meilleurs sur le plan qualitatif, mais aussi moins chers et plus respectueux de l'environnement que les produits non saisonniers et importés, qui doivent souvent parcourir des milliers de kilomètres avant d'arriver sur nos tables.

Achetez auprès de producteurs locaux ou d'une marque éthique

Soutenir l'économie locale est la première étape pour faire évoluer notre système alimentaire actuel vers des pratiques de production et de consommation plus durables. Nous pouvons le faire soit en achetant directement auprès des producteurs locaux, soit en adhérant à un groupement d'achat éthique. Ce dernier n'est autre qu'un groupe d'amis ou de voisins qui se réunit pour acheter des aliments produits de manière éthique auprès des mêmes fournisseurs locaux.

passer en cuisine avec le régime méditerranéen
Adopter la diète méditerranéenne est finalement assez simple, si on y met de la progressivité. © Jason Briscoe

Suivre une alimentation variée

Avoir une alimentation frugale et variée est l'un des moyens les plus faciles d'éviter le gaspillage alimentaire, de garantir un apport correct de tous les micro et macronutriments et de réduire l'impact environnemental de notre alimentation.

Limiter notre consommation de poisson à 2 fois par semaine

Avec les haricots et les légumineuses, le poisson est l'une des principales sources de protéines dans un régime méditerranéen. Cependant, nous savons tous maintenant que la pêche industrielle est tout aussi dommageable pour l'environnement que les autres types d'élevage.

C'est pourquoi nous devrions limiter notre consommation de poisson à deux fois par semaine (maximum) et, si possible, opter pour des poissons méditerranéens locaux et saisonniers, comme le merlu, les anchois et les calmars pendant les mois d'hiver, et la palourde, le thon, le bar et la crevette pendant les mois d'été.

Parallèlement, il pourrait être utile de compléter nos apports en oméga-3 et oméga-6 par des sources végétales de ces acides gras essentiels, comme les noix (principalement les noix, les noix du Brésil et les amandes) et les graines (principalement les graines de lin, les graines de chanvre et les graines de citrouille).

Redécouvrir les céréales "anciennes"

Millet, sorgho, orge, amarante, teff et chanvre. Ce ne sont là que quelques-unes des céréales et grains méditerranéens "anciens" qui permettent de diversifier la production agricole et favorisent la rotation des cultures.

À leur tour, ces pratiques peuvent contribuer à réduire la dépendance aux pesticides et aux engrais chimiques, qui sont au contraire essentiels pour maximiser le rendement agricole dans les monocultures de riz et de blé.

Marta Benigni
Marta Benigni

Née au cœur des Dolomites, mais amoureuse de la mer, Marta est diplômée en relations internationales et européennes. Aujourd'hui, elle combine ses connaissances des problèmes mondiaux avec sa passion pour l'environnement, les voyages et les modes de vie durables.

Merci

Votre commentaire est maintenant en attente de modération.

Laisser un commentaire
L'huile d'olive, une alimentation riche en vitamines
régime méditerranéen
L'exploration continue sur les médias sociaux